Home / Forme & Bien-Être / Comment appliquer de la glace sur une blessure

Comment appliquer de la glace sur une blessure

Évaluer la gravité de la blessure

  1. Avant toute chose, évaluez la gravité des lésions. Il est possible de mettre du froid sur de nombreuses lésions, mais non sur toutes. Vous pouvez appliquer du froid sur des bosses ou de petites contusions, ce sont là des bobos qui ne nécessitent pas de prise en charge médicale. Par contre, les fractures, les luxations ou les commotions cérébrales nécessitent une prise en charge médicale sérieuse et rapide. Si vous n’arrivez pas à cerner la gravité de la blessure, contactez votre médecin (ou appelez le SAMU) qui vous dira quoi faire.
  2. Voyez s’il y a une fracture. Une fracture est une urgence médicale absolue. Si elle n’est pas ouverte, mettez une compresse froide pour diminuer un éventuel œdème et la douleur. Ce n’est pas un traitement, juste un geste en attendant les secours. Si vous avez un des symptômes suivants, appelez le 112 [1] [2] :

    • un membre déformé à quelque hauteur que ce soit. Si vous voyez un membre bizarre dans sa forme, c’est qu’il y a fracture,
    • une douleur quand on essaye de déplacer le patient ou d’appuyer sur la zone atteinte,
    • une perte de fonction localisée. Une fracture entraine toujours une perte de fonction, même limitée. Ainsi une fracture de la jambe peut empêcher les mouvements du pied,
    • l’os est visible. C’est ce qu’on appelle une fracture ouverte.
  3. Voyez s’il y a une luxation. On parle de luxation quand un os est sorti de son logement naturel (épaule). Sauf à s’y connaitre, c’est un problème qui requiert une intervention médicale. En attendant, appliquez de la glace sur la partie douloureuse. Si vous constatez un des symptômes suivants, restez calme ou incitez le patient à rester calme et avertissez les secours [3] [4] :

    • une articulation visiblement déformée,
    • un œdème ou des ecchymoses au niveau de l’articulation,
    • une douleur intense,
    • une immobilité de toutes les parties en aval de l’articulation disjointe.
  4. Voyez s’il y a une commotion cérébrale. Pour des bosses ou des petites contusions à la tête, il est fréquent d’utiliser une poche de glace. Cependant, si le choc a été important, il est essentiel de s’assurer qu’il n’ y a pas eu de commotion cérébrale. Si c’est le cas, il faut appeler les secours immédiatement. Si commotion il y a, vous pouvez le remarquer à certains signes. La personne est confuse ou amnésique, avec parfois une perte de conscience. Il est difficile d’en évaluer la gravité, d’où le recours aux médecins. Cependant, il y a des signes qui ne trompent pas, comme [5] :

    • une perte de conscience. Même de quelques secondes, c’est un signe à prendre très au sérieux et nécessite une prise en charge médicale,
    • d’importants maux de tête,
    • une confusion, des vertiges et une désorientation,
    • des nausées ou des vomissements,
    • des bourdonnements d’oreille,
    • une élocution difficile.
  5. Choisissez un traitement par le froid ou par le chaud. Après avoir évalué la gravité et écarté le recours aux urgences, vous pouvez mettre une compresse. Pour de petits traumatismes, les gens se demandent souvent s’il faut du chaud ou du froid pour les traiter. En effet, les deux sont utiles, tout va dépendre de la lésion [6].

    • Mettez de la glace immédiatement après le traumatisme. Pour une blessure faite moins de 48 heures auparavant, le froid est meilleur. L’œdème diminue, ainsi que la douleur et l’inflammation.
    • La chaleur est bénéfique sur les douleurs musculaires sans blessures associées (comme un tour de rein). Elle est également utile en prévention, par exemple, à l’échauffement, avant une activité sportive ou un travail qui sollicite durement les muscles.
 

About admin

Laisser un commentaire