Home / mal de dos / L’autotraitement : Mal de dos, psoas, piriforme et douleurs sacro-iliaques

L’autotraitement : Mal de dos, psoas, piriforme et douleurs sacro-iliaques

Mal de dos, psoas, piriforme et douleurs sacro-iliaques

Les douleurs autour du bassin, au niveau des sacro-iliaques et de la région lombaire sont extrêmement fréquentes chez les sportifs de même que les personnes sédentaires. En cause le plus souvent, un déséquilibre autour d’un ensemble de muscles qui stabilisent et font bouger la colonne vertébrale, les articulations sacro-iliaques et les hanches. Le point commun c’est que la majorité des muscles appartiennent à une même chaine musculaire : la chaine musculaire antérieure profonde.

Cette chaine intervient aussi bien dans nos postures de la vie quotidienne, dans la respiration, dans la façon dont vous parlez, dans la stabilisation dynamique de la colonne vertébrale et du bassin durant les mouvements sportifs en améliorant les performances ou au contraire en les diminuant en fonction des déséquilibres musculaires en place. Mais comment cette chaine peut avoir autant d’impact dans notre corps ? Comment en prendre soin ? C’est ce que nous allons voir dans cet article et sa vidéo.

Chaine musculaire antérieure profonde et respiration

Le système muscles + fascias + nerfs, c’est-à-dire le système neuromyofascial est organisé en chaînes musculaires. Les différents muscles ne fonctionnent pas de manière isolée et indépendante, ils s’insèrent à l’intérieur des diverses chaînes musculaires.

Une chaîne musculaire est un ensemble de muscles qui produit un mouvement et/ou qui stabilise une articulation. Le système neuromyofascial travaille pour maintenir une posture, pour produire, stabiliser ou réduire la force qui met en mouvement les articulations, lors des gestes de la vie quotidienne ou des gestes sportifs.

Il existe différents modèles de chaînes musculaires en fonction des chercheurs qui les ont conceptualisés. Dans le CTS, nous utilisons les chaînes musculaires de Thomas Myers et de son best-seller Anatomy trains, que je vous recommande si vous parlez anglais.

Les fonctions de la chaîne antérieure profonde sont vastes et complexes. Le bon fonctionnement de cette chaîne est vital puisqu’elle est en partie responsable de la stabilité du pied, du bassin, de la colonne et de la tête. Cela ne signifie pas que les autres chaînes ne sont pas importantes, mais simplement que cette chaîne musculaire est la structure sur laquelle les autres chaînes pourront fonctionner correctement. Les connexions entre les muscles du plancher pelvien, le piriforme (pyramidal), l’iliaque, le carré des lombes, le psoas, et le diaphragme, permettent de comprendre pourquoi la respiration diaphragmatique intégrée est un élément majeur dans le bon fonctionnement cette chaîne musculaire.

L’amélioration de la respiration avec les exercices de respiration diaphragmatique provoque un abaissement du tonus (raideur) des scalènes, qui sont responsables de beaucoup de désagréments (raideur des muscles de la nuque, maux de tête, raideur de la chaîne superficielle postérieure…). Ce travail respiratoire pourra aussi engendrer un relâchement du psoas et des fléchisseurs de la hanche.

Larespiration fait partie intégrante de notre stabilité comme je le développe longuement dans SPORT SANS BLESSURE.

La co-activation des muscles profonds et superficiels du cou (longus colli et capitis, et muscles hyoïdiens, scalènes) permet la stabilisation du cou. La chaîne antérieure profonde est complexe, car elle est composée du plus important réseau myofascial de l’organisme.

C’est la raison pour laquelle, à la fois pour les performances, mais surtout pour votre santé, la respiration diaphragmatique intégrée et un travail d’automassage très fréquent, voire quotidien, de cette chaîne sont fondamentaux.

About admin

Laisser un commentaire