La cryothérapie : traitement de la douleur et des traumatismes

La cryothérapie est une technique de traitement de la douleur et des traumatismes par le froid utilisée depuis l’antiquité, et dont les résultats ont été scientifiquement étudiés depuis les années 70.

 

Les bénéfices de la cryothérapie sont aujourd’hui avérés, en particulier en traumatologie et en médecine du sport, pour soulager les douleurs et favoriser la guérison de blessures (entorses, tendinites, déchirures, claquages musculaires…).

Cryothérapie : des effets immédiats et durables

La cryothérapie est une technique qui consiste à abaisser la température cutanée en appliquant du froid sur une zone précise du corps. Cette technique permet de favoriser la récupération après un effort et de soulager la douleur et favoriser la guérison d’une blessure grâce à plusieurs effets :

 

  • Effet analgésique : en ralentissant la conduction nerveuse et en élevant le seuil des nocicepteurs (récepteurs sensoriels de la douleur), le froid va permettre de soulager la douleur. Cet effet anesthésiant peut durer de 30 minutes à 3 heures.
  • Effet anti-inflammatoire : en provoquant une vasoconstriction artériolaire et capillaire immédiate, le froid va permettre de stopper la crise inflammatoire et limiter la formation des œdèmes. Si l’application de froid est prolongée, la vasoconstriction sera paradoxalement suivie d’une vasodilatation. Les périodes de vasodilatation et de vasoconstriction vont s’alterner et ainsi permettre un massage et un drainage du système sanguin et lymphatique, favorisant la guérison des œdèmes.
  • Effet anti-fatigue : la vasoconstriction va permettre d’accélérer l’élimination de l’acide lactique accumulé dans les masses musculaires lors de l’effort, accélérant ainsi la récupération.

 

Conditions pour une efficacité maximale

Pour bénéficier des effets cités plus tôt et garantir une efficacité maximale à la cryothérapie, il faut veiller aux conditions suivantes :chrono_1

 

  • Application dans les 72 heures qui suivent le traumatisme ;
  • Création d’un choc thermique ;
  • Temps d’application de 20 minutes minimum ;
  • Répétition trois fois par jour pendant trois jours puis une fois le jour suivant.

 

Principe de choc thermique

Lorsque les effets de la cryothérapie ont été étudiés scientifiquement, il a été démontré que pour que cette technique soit efficace, il faut donc créer un choc thermique en combinant deux facteurs :

 

  1. Abaissement de la température : la température cutanée doit impérativement être abaissée à moins de 15°C, sans descendre sous les 7°C afin d’éviter les lésions nerveuses.
  2. Rapidité d’action : la baisse de la température cutanée doit intervenir en un minimum de temps, de 10 à 15 secondes.

 

Indications et contre-indications

La cryothérapie est une technique indiquée dans de nombreux cas, et particulièrement en traumatologie et en médecine du sport, en rhumatologie, en rééducation fonctionnelle…

 

Attention, il existe cependant des contre-indications : troubles de la sensibilité cutanée, allergies au froid, syndrome de Raynaud (trouble de la circulation sanguine), cryoglobulinémie (présence dans le sang d’immunoglobulines qui précipitent en-dessous d’une certaine température).

 

Techniques de cryothérapie par conduction

Il existe différentes techniques :

glace

  • La glace : utilisation de glace, soit directement, soit dans une vessie de glace (poche étanche contenant un mélange glace et eau). En utilisant cette technique, l’abaissement de la température est rapide mais l’effet s’estompe rapidement après l’arrêt de l’application.
  • Le cryogel : utilisation d’une poche hermétique contenant du gel, que l’on place dans un congélateur. En utilisant cette technique, l’abaissement de la température est rapide et durable, mais le cryogel épouse moins bien la surface cutanée, ce qui diminue son efficacité.
  • Les soins phyto-actifs : utilisation de soins professionnels phyto-actifs. Cette technique présente plusieurs avantages :
    • Les textures des produits de soin facilitent le contact avec l’épiderme, quelle que soit la partie du corps traitée ;
    • La phase aqueuse des produits de soin favorise l’efficacité du froid, l’eau étant un très bon conducteur thermique ;
    • Ces produits de soin peuvent s’utiliser soit en massage, soit en enveloppement (à l’aide d’un bandage ou d’un film) ;
    • Facilement transportables, ces produits s’appliquent immédiatement en cas de traumatismes.

 

Application du protocole R.I.C.E. pour les sportifs

Les sportifs sont sujets à de nombreuses lésions, aussi bien chroniques (dues à des efforts intenses, prolongés et répétitifs : tendinites…) que traumatiques (entorses, fractures, luxations…). Le protocole RICE est un protocole qui a pour objectif de favoriser une reprise plus rapide de leur activité sportive. L’acronyme RICE correspond aux quatre phases du protocole : Rest (repos) ; Icing (Glaçage) ; Compression ; Elevation.

 

Pour une efficacité maximale, les 4 phases du protocole doivent intervenir simultanément et il faut répéter le protocole pendant 20 minutes, trois fois par jour pendant trois jours puis une fois le jour suivant. Le protocole peut être appliqué quel que soit le cas de figure : en récupération après un entraînement ou une épreuve sportive ; ou bien en premiers soins après une blessure.

 

1ère phase du protocole : Repos

Que ce soit en simple récupération ou après une blessure, il ne faut pas négliger la phase de repos. En cas de blessure en particulier, cette phase permet d’éviter une aggravation de la lésion.

 

trauma2ème phase du protocole : Glaçage

Le glaçage rapide de la zone permet de soulager les douleurs, de limiter la propagation des œdèmes, et de soulager la fatigue musculaire.

 

3ème phase du protocole : Compression

Il est très important de comprimer la zone lésée, afin de renvoyer plus rapidement le sang vers le cœur, pour limiter la propagation des œdèmes et accélérer la récupération et la guérison.

 

4ème phase du protocole : Elévation

Il est très important de surélever la zone lésée par rapport au cœur, surtout s’il s’agit des membres inférieurs, afin d’accélérer le retour du sang vers le cœur, pour réduire le gonflement et favoriser la cicatrisation. Surélevez la zone lésée de quelques centimètres par rapport au cœur.

One comment

  1. c’est un article tres un intersant

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *