Le chiropracteur : comment aide-t-il à la pratique sportive ?

Comme l’ostéopathie, la chiropraxie provient des États-Unis. Elle existe depuis 120 ans et est reconnue dans de nombreux pays. Auprès des sportifs de haut niveau, ce sont des chiropracteurs ayant suivi une formation de chiropraxie du sport qui interviennent.

« En France pour être intégré dans une fédération sportive en tant que soignant, il faut être soi médecin, soit kiné. La seule formation de chiropraxie ne suffit pas, contrairement à d’autres pays, ce qui est regrettable et pénalisant précise Philippe Fleuriau*, membre de la Fédération internationale de chiropraxie du sport, d’autant plus que cette profession est maintenant réglementée. C’est ainsi que certains chiropracteurs français exercent auprès de sportifs à l’étranger, comme aux USA, où la chiropraxie est prépondérante. En effet, là-bas, la plupart des équipes de basket et football américain par exemple, sont systématiquement suivies par des chiropracteurs, tout comme de nombreuses équipes olympiques ».

Auprès des sportifs de haut niveau, le chiro intervient dans l’urgence, mais pas seulement…

« Lors des épreuves sportives ou des compétitions, nous sommes amenés à intervenir dans l’urgence pour le traitement immédiat d’une douleur de la hanche, lombaire, cervicale, etc. Ces blessures sont liées à l’hyperactivité sportive, mais aussi au stress de la compétition ». En amont des compétitions, les traitements de chiropraxie aident le sportif à rétablir ou maintenir un bon équilibre vertébral et articulaire afin d’être au meilleur de ses possibilités, améliorant ainsi ses performances. Les soins prodigués visent à lui « faire prendre conscience de la justesse de ces mouvements ». En effet, enchaîne Fleuriau, « certains muscles travaillent mal par rapport à d’autres. On peut alors enseigner au sportif comment corriger ses mouvements, via des conseils, des exercices, des contraintes mécaniques ».

L’objectif de ce travail mené tout au long de l’année est d’obtenir une qualité de mouvements optimale. Ici, le chiropracteur intervient dans la préparation du sportif afin de prévenir d’éventuelles blessures lors des épreuves. Mais pour Philippe Fleuriau, « le sportif est un patient difficile, qui a toujours une gêne dans sa pratique sportive. Or cette symptomatologie est invalidante, elle interagit sur le moral du sportif qui ne peut pas finaliser son geste sportif de façon optimale ». Il faut systématiquement trouver son origine pour la soigner le plus efficacement possible au bon moment, sur le terrain ou lors des entrainements.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *