Ostéopathie structurelle : les trusts

L’ostéopathie structurelle ne se résume à la manipulation rapide (trust) de quelques articulations vertébrales. Il faut savoir que l’ostéopathe dispose de toute une série de techniques permettant de traiter le système ostéo-articulaire et il est évident qu’il n’utilisera pas des techniques de trust sur des personnes âgées ou des nourrissons, par exemple.

Définition

Les trusts sont des manipulations dites HVBA : haute vélocité basse amplitude.

Comme le résume parfaitement cette appellation, il s’agit de manipulations très vives (haute vélocité) et pratiquées sur une courte distance (basse amplitude).

Les trusts en pratique

Concrètement, l’ostéopathe va amener en douceur l’articulation qu’il souhaite manipuler au maximum de son amplitude, sans forcer. Lorsque l’articulation a atteint ce point, la barrière motrice, le thérapeute effectue un trust qui va « surprendre » le système nerveux.

  • Ce dernier est pris de vitesse et, par action réflexe, la mobilité retrouvée de l’articulation va libérer l’ensemble de la zone.
  • Cette manipulation, bien pratiquée est parfaitement indolore.

Des techniques inoffensives lorsqu’elles sont bien pratiquées

Beaucoup de gens redoutent ce type de techniques. Il faut pourtant savoir que la formation en ostéopathie comprend l’enseignement de ce type de techniques dès les premières années (en fonction des écoles d’ostéopathie).

  • Elles sont parfaitement encadrées et les praticiens peuvent être amenés à effectuer des tests avant une manipulation, notamment au niveau cervical (cou), pour s’assurer qu’aucun risque n’est pris.
  • De même, les praticiens ostéopathes ne vont pas pratiquer de trusts sur des nourrissons ou sur des personnes âgées ou ostéoporotiques (présentant une fragilité osseuse).

Les ostéopathes structurels

Il faut savoir que certains praticiens ne pratiquent pas du tout de trusts, que cela ne corresponde pas à leur sensibilité, que ces techniques leur paraissent inefficaces ou qu’ils préfèrent passer par d’autre biais pour arriver aux mêmes résultats.

  • D’un autre côté, certains ostéopathes ne savent faire que des trusts et le reste de la pratique ostéopathique leur est inconnue. Il est évident que ce type d’ostéopathes ne peut espérer obtenir des résultats durables que dans un nombre de cas extrêmement limité.
  • In fine, la majorité des praticiens qualifiés pratiquent des trusts avec modération, en fonction des besoins et sur une certaine population.

Besoin de mutuelle pour vos soins ? Comparez les tarifs gratuitement.

Comparer les mutuelles

Quelques chiffres

Pour livrer quelques chiffres, on comptait, dans les années 1990, environ un accident pour un million de manipulations, l’accident étant dû à un praticien non ostéopathe. En parallèle on recensait un mort pour 250 000 prises d’anti-inflammatoires.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here