Ligaments du genou : opération ou patience ?

Notre genou dispose d’un équipement ligamentaire très astucieux sur le plan biomécanique mais assez peu résistant dans la pratique.Attention genoux fragiles !

Pourquoi l’articulation de notre genou est fragile, mais efficace

Le genou se compose de deux ligaments croisés disposés de telle façon qu’ils s’enroulent l’un sur l’autre pour s’opposer aux mouvements dangereux du genou, en rotation notamment. Ce système tient dans la plupart des situations de la vie courante, mais il lui arrive aussi de céder brutalement à l’effort. Cela survient en football, en rugby, en tennis, en ski, etc.

Le plus souvent, on assiste alors à une déchirure du ligament croisé antéro-externe (ou LCAE) qui n’est pas facile à traiter. En effet, à la différence des autres ligaments de l’organisme, les ligaments croisés se nourrissent à partir de vaisseaux sanguins qui le parcourent de l’intérieur et qui se rompent en même temps qu’eux, et ne peuvent donc plus remplir leur rôle. Il arrive alors qu’après une immobilisation classique de deux mois dans le plâtre, on ne retrouve dans l’articulation que des moignons rétractés là où l’on espérait des ligaments consolidés.

Reconstruire tout de suite les ligaments du genou

Sur base de ce constat, les chirurgiens orthopédistes ont majoritairement abandonné l’idée d’attendre la cicatrisation naturelle et proposent d’emblée une reconstruction du ligament croisé avec un nouveau ligament fabriqué à partir de tissus prélevés ailleurs dans le corps.

Cette ligamentoplastie a fait d’énormes progrès au cours des dernières années. On opère aujourd’hui sous arthroscopie : sans ouvrir le genou mais en y introduisant par de tout petits trous une caméra et les outils nécessaires à l’opération. Ainsi, il n’est pas rare d’entendre qu’un sportif, victime d’entorse au genou, sera opéré une semaine plus tard et qu’il rejouera dans six mois.

Devenue relativement courante, l’intervention n’en reste pas moins extrêmement délicate. Pour passer le nouveau ligament, le chirurgien est obligé de creuser un tunnel dans le fémur. Tout se joue alors au millimètre près. Un degré d’orientation de plus ou de moins et le genou ne pourra plus se tendre ou se plier correctement. La pose du ligament nécessite aussi la plus grande précision. Trop long, il ne sert à rien. Trop court, il cassera à la première sollicitation

Ligaments du genou : opération ou patience ?

On comprend donc que, malgré tous les soins déployés durant l’opération, une plastie ligamentaire comporte toujours sa part d’aléas.

Pour les sportifs de haut niveau, le jeu en vaut clairement la chandelle. En cas d’entorse grave du genou, ils choisissent presque tous l’option chirurgicale.

Quant aux autres, ils peuvent réfléchir à l’alternative qui consiste à laisser les choses en place en espérant tout de même une cicatrisation du ligament rompu, qui absorberait les éléments nécessaires à sa reconstruction sur l’autre ligament. Des clichés obtenus par résonance magnétique montrent parfois des adaptations étonnantes. Seulement, il faut être patient. Et cela ne marche pas toujours…

Il est donc assez difficile de donner des conseils très précis en la matière. Sinon de prendre le temps de discuter des avantages et des risques de chaque option thérapeutique avec les spécialistes et prendre éventuellement l’avis d’autres patients… Ils ne manque pas !

 

Examen du genou ligamentaire

About admin

Laisser un commentaire