La mémoire des expériences non émotionnelles est meilleure si elles sont vécues après un événement chargé en émotions.

Une équipe de chercheurs de l’université de New York s’est intéressée à l’impact des expériences fortes en émotions sur la mémoire. D’après cette étude, être exposé à des situations émotionnellement chargées améliore la mémoire des événements passés ordinaires, et ce à long terme. Ce constat bat en brèche l’idée selon laquelle on se rappellerait plus facilement des moments forts.

Pour arriver à cette conclusion, les scientifiques ont utilisé des séquences vidéo de différentes scènes à impact émotionnel ou neutre.

  • Un premier groupe de participants à l’étude a visionné une série de séquences vidéo à fort impact émotionnel. Environ 10 à 30 minutes plus tard, ils ont été invités à regarder des séquences ordinaires.
  • Un autre groupe de personnes a d’abord vu les séquences neutres puis les séquences riches en émotions.

Six heures plus tard, l’ensemble des participants à l’étude a suivi un test de mémoire relatif aux images précédemment vues.

À l’imagerie cérébrale, les chercheurs ont pu découvrir que les états cérébraux associés aux expériences émotionnelles perdurant de 20 à 30 minutes influençaient la manière dont l’information était traitée par la suite, y compris en ce qui concerne les expériences futures non chargées en émotions.

« Nous constatons que le souvenir des expériences non émotionnelles est plus fort si elles sont vécues après un événement impliquant des émotions fortes« , a observé le docteur Lila Davachi, auteur de l’étude.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here